• 744 visits
  • 6 articles
  • 302 hearts
  • 128 comments

Once upon a time... 22/10/2015

L'espoir, c'est ce petit truc qui permet de nous garder en vie. C'est une étincelle, un v½u, un souhait.
 
 
Bonjour, 
Je ne suis pas très doué pour les présentations, mais il faut bien commencer pas le commencement n'est-ce-pas?
Alors, moi c'est Célia, j'ai 15 ans, et... si vous voulez plus d'informations n'hésitez pas à venir me parler.
Je ne sais pas si l''écriture est une passion pour moi, mais ce qui est sur c'est qu'elle représente un sorte d'oxygène, un échappatoire indispensable, un besoin.
Les textes que vous retrouverez si dessous sont issus de ma petite boîte crânienne, donc un certain respect est bien évidemment attendu.. Les commentaires, qu'ils soient positifs ou négatifs, mais toujours constructifs me feront énormément plaisir et sont très attendus. 
Ne prenez pas mes textes sans me prévenir et bien évidemment sans mettre de lien, je trouve ça d'un tel manque de respect.
 
Je vous souhaite une agréable visite, merci d'avance ♡
Mon Habillage  a été magnifiquement réalisé par ce blog, et plus particulièrement par Solène, merci à elle  ♡  N'hésitez pas à lui faire un tas de compliments, et allez faire un tour sur leur blog, qui est juste à couper le souffle. Merci  ♡ 

Tags : Présentation du Blog .♥

Du renouveau! 22/08/2016


 
Bonjour à tous,
je tenais en dans un premier temps à m'excuser de ma très très longue absence. J'ai certes un peu disparu, mais mon envie d'écrire n'a jamais disparu, et est certainement encore plus forte qu'avant. J'essaie désormais de m'améliorer, de jouer avec les rimes et les sonorités. J'ai donc décidé de créer une page Facebook, ce qui me serait plus facile pour poster. J'espère que vous me suivrez!
Voici un extrait de mon tout premier texte sur ma page : ''Puisqu'il est l'heure de se jeter dans les limbes du bonheur, puisqu'il est temps d'y goûter sans jouer le rôle d'un simple acteur. Puisqu'il est l'heure d'effacer toute cette ranc½ur, et de montrer au monde toute notre grandeur''. 
La suite de ce texte est sur ma page, https://www.facebook.com/DaareToDreaam/ .
J'espère très vite vous retrouver! Bisous.

Tags : Renouveau. ♥ - Facebook.♥

J’ai toujours écris, toujours parlé mais ce soir les mots me manquent. 14/11/2015


Anna : '' Célia..il y a des fusillades à Paris, ils pensent que c'est un attentat...J'ai peur, on est retranché dans l'internat, il y a des filles qui pleurent..''
Célia :'' T'es toujours dans le stade, tu vas bien ?? Réponds moi vite je m'inquiète...''
Célia : ''Allo Tata ? Vous allez bien ? C'est bon...''
Maman : '' Des amis étaient au Bataclan...Ils ont réussis à sortir...Ils sont traumatisés''
 
 
 
Mon c½ur est lourd ce soir, les mots ont du mal à s'enchaîner, je n'arrive même pas à écrire mais je veux écrire. Je veux écrire pour toutes ces victimes, je veux écrire pour prôner la liberté, je veux écrire car ils souhaitent que l'on arrête de nous exprimer. Mais la France est forte, on vous criera Liberté, Egalité, Fraternité et on vous chantera la Marseillaise jusqu'à la mort car on est libre, et pour rien au monde on n'abandonnera cette valeur. Je suis triste, triste que ces personnes ayant commis ces atrocités puissent être appelé être humain, ce ne sont pas des hommes ni même les monstres des livres pour enfant, ils ne sont rien.  La France est forte, La France se relèvera, mais elle ne pourra pas se relever sans vous. Une grande pensée aux familles aux amies des victimes, vous n'êtes pas seul.
 
''Comme un éclat de rire
Vient consoler tristesse
Comme un souffle avenir
Vient raviver les braises
Comme un parfum de soufre
Qui fait naître la flamme
Jeunesse lève-toi
Contre la vie qui va qui vient
Puis qui s'éteint
Contre l'amour qu'on prend, qu'on tient
Mais qui tient pas
Contre la trace qui s'efface
Au derrière de soi
Jeunesse lève-toi

Moi, contre ton épaule
Je repars à la lutte
Contre les gravités qui nous mènent à la chute
Pour faire du bruit encore
A réveiller les morts
Pour redonner éclat
A l'émeraude en toi
Pour rendre au crépuscule
La beauté des aurores
Dis-moi qu'on brûle encore
Dis-moi que brûle encore cet espoir que tu tiens
Parce que tu n'en sais rien de la fougue et du feu
Que je vois dans tes yeux
Jeunesse lève-toi

Quand tu vois comme on pleure
A chaque rue sa peine
Comment on nous écoeure
Perfusion dans la veine
A l'ombre du faisceau
Mon vieux, tu m'auras plus

Ami, dis, quand viendra la crue ?

Contre-courant toujours sont les contre-cultures
Au gré des émissions, leurs gueules de vide-ordures
Puisque c'en est sonné la mort du politique
L'heure est aux rêves
Aux utopiques
Pour faire nos ADN
Un peu plus équitables
Pour faire de la poussière
Un peu plus que du sable
Dans ce triste pays
Tu sais, un jour ou l'autre
Faudra tuer le père
Faire entendre ta voix
Jeunesse lève-toi

Au clair de lune indien
Toujours surfer la vague
A l'âme
Au creux des reins
Faut aiguiser la lame
Puisqu'ici, il n'y a qu'au combat qu'on est libre
De ton triste sommeil, je t'en prie, libère-toi
Puisqu'ici il faut faire des bilans et du chiffre
Sont nos amours toujours au bord du précipice
N'entends-tu pas ce soir chanter le chant des morts ?
Ne vois-tu pas le ciel à portée des doigts ?
Jeunesse lève-toi

Comme un éclat de rire
Vient consoler tristesse
Comme un souffle avenir
Vient raviver les braises, 
Comme un parfum de soufre
Qui fait naître la flamme
Quand, plongé dans le gouffre, on sait plus où est l'âme
Jeunesse lève-toi
Contre la vie qui va, qui vient
Puis qui nous perd
Contre l'amour qu'on prend, qu'on tient
Puis qu'on enterre
Contre la trace qui s'efface
Au derrière de soi
Jeunesse lève-toi

Jeunesse lève-toi !

Au clair de lune indien
Toujours surfer la vague
A l'âme
Au creux des reins
Faut aiguiser la lame
Puisqu'ici, il n'y a qu'au combat qu'on est libre
De ton triste coma, je t'en prie, libère-toi
Puisqu'ici, il faut faire des bilans et du chiffre
Sont nos amours toujours au bord du précipice
N'entends-tu pas ce soir chanter le chant des morts
A la mémoire de ceux qui sont tombés pour toi ?
Jeunesse lève-toi ! '' Saez

Tags : Copyright  © - vendredi 13 novembre 2015

Elle m’avait emprisonné, je faisais partie d’elle, enfin non, c’est plutôt elle qui faisait partie de moi. Just-the-hope 04/11/2015


 
Ecoutes moi chérie, ça ne va plus, ça ne peut plus aller, on est trop lié. Je sais que tu ne peux pas vivre sans moi, cette idée d'ailleurs me fait mortellement chavirer,  mais tu me détruis au plus profond de mon être. Je ne peux plus, je ne veux plus de toi. Tu m'as séparé de tout le monde, ma famille, mes amies, quelles amies ? Je suis terriblement seul,  coincé avec comme seule compagnie, toi. Mais je ne veux plus de toi, dégages Ana, casses toi, vas détruire quelqu'un d'autre, j'ai assez donné. Je n'en peux plus que tu me chuchotes à l'oreille, à chaque minute de ma futile existence  ''Tu t'es vu, mais tu es horrible, comment fais-tu pour vivre avec ce corps ?'', ''tu n'as pas été sage mon c½ur, punis-toi'', ''ton corps n'est-il pas monstrueux ?''. MAIS TA GUEULE ANA, laisses moi, j'en peux plus de toi. Tu m'as fait sentir moins seul, ah ça oui crois-moi mon c½ur, avec Ana c'est à la vie à la mort. Enfin surtout à la mort. C'est d'ailleurs ta plus belle victoire n'est-ce-pas ? Elle est morte, c'est vrai, mais elle est morte belle. Ouais, c'est ça, elle va pouvoir draguer les vers de terres maintenant. Ana casses-toi ! Je ne peux pas le répéter sans cesse, mais sort de mon être putain, je ne suis pas ton pantin voué à l'autodestruction. Je sais qu'on passait des heures à se parler le soir, des heures ensembles liées pour une éternité bien trop longue, mais j'en peux plus Ana. Je capitule, je baisse les armes, la guerre contre moi-même est terminé. C'est bon Ana, tu peux partir maintenant, et que je ne te croise pas dans une ruelle sombre, à me balancer à la tête des souvenirs d'un temps passé, car je n'hésiterais pas à te bouffer. 
 
Celui qui combat peut perdre, mais celui qui
ne combat pas a déjà perdu. Inconnu                  
 
                                    Ce qui n'a pu se mettre en larmes et en mots s'exprime ensuite par des maux,
faute de mots pour le dire. Anne Ancelin- Schutzenberger
 
Si tu croises Anna, ne lui sers pas la main, elle ne la lâchera pour rien au Monde crois-moi. Just-the-hope

 

Tags : Mon texte © - Ana

Ma plus grande souffrance a été de te voir souffrir. Just-the-hope 25/10/2015

 Ma plus grande souffrance a été de te voir souffrir. Just-the-hope

 
 
J'ai peur. Ce n'est pas cette petite peur de l'inconnu, ou bien la peur d'un insecte, certes répugnant mais qui nous n'a jamais rien fait. Non, moi j'ai vraiment peur. Cette peur qui nous rend fou, oui cette peur qui nous détruit. Cette peur insupportable qui nous défigure et nous empêche de dormir. J'ai peur qu'en une nuit tu disparaisses. Que tu me laisses face à ces fous, désespérément seul face à cet univers de conneries. J'ai peur que tu m'abandonnes faute de force, faute de cet espoir qui nous garde tous en vie. Mais t'en as plus toi hein ? J'en peux plus de te voir souffrir, de voir ces larmes couler sur tes joues, de te voir te détruire chaque jour un peu plus. Mais putain, je vois très bien que tu es en train de te tuer, et moi je suis là impuissante devant toi. Telle une folle je tourne en rond en espérant trouver des réponses à mes questions. Mais celles-ci sont inexistantes, encore et toujours imperceptibles. Putain j'ai peur, j'ai beau fermer les yeux, rien ne change. Tout se complique, tout se mélange, et rien ne s'améliore. J'attends, j'attends en espérant que le temps réglera mes maux, j'attends désespérément que quelqu'un t'aide.
 
Viens, allons ensemble. C'est un joli soir pour mourir. Et, si ta main tremble, Dis-toi qu'il faut juste partir... Saez
Le suicide n'est pas un acte. On est saisi par le suicide comme par un vertige, on subit le suicide. Jean-Guy Rens

Tags : Mon texte ©

22/10/2015


-       T'es heureuse toi ?
-       Oh, je ne sais pas. Au final qu'est-ce que le véritable bonheur ?
 

 


Je vous pose la question très sincèrement, pour vous, qu'est-ce-que le véritable bonheur ? Au fond, je pense que c'est un peu un sentiment rêvé, presque utopique dans notre société, c'est une sensation espéré par tous. Une putain de sensation indescriptible qu'on essaie pourtant de nous compter, de nous vendre depuis notre enfance. ''Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants (et le beau château est bien évidemment sous-entendu)''. Donc ça serait ça la clef du bonheur, aimer et posséder ? Personnellement je trouve cette idée un peu simpliste, et pas tellement aguicheuse. Non, moi je ne vois pas la vie comme ça...Je pense que le bonheur se trouve dans chaque petits moments de notre vie, et non pas dans des idées figées et inculqués depuis bien trop d'années, il suffit juste de bien faire attention et de ne pas le laisser partir. Oui c'est ça, il faut observer chaque beauté du Monde avec un regard d'enfant, car on peut se l'avouer la vie était tellement plus sympa quand on était gamin, il faut ressentir chaque sensation qu'il faut ressentir comme si l'on ne pourrait plus jamais avoir la chance de la vivre, puis tu sais quoi, fais ce que tu veux pour que tu ressentes enfin cette sensation de bonheur. Cris, cours, chantes, écris, parles, aimes, observes, fabriquent, joues, écoutes, ris, apprends, dessinent, aides, ou encore un tas d'autres choses mais je t'en supplie ne penses pas que ce sentiment n'est pas fait pour toi. Il n'y a que toi pour réussir à percevoir ton bonheur, je te le promets tu es maître de ton c½ur.


 
Le bonheur reste la seule chose qui ne s'achète pas. just-the-hope
C'est tellement plus facile de sourire plutôt que d'être heureux. Fauve
 


 

Tags : bonheur - happy